» Vimeo
» Facebook
» Twitter
Soutenez Circuit!

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]

Collection > Volume 32 Numéro 2 (2022) >

À propos des illustrations

Illustrations de Oli Sorenson

Capitalocène?

Oli Sorenson définit sa pratique comme un «art du remix» utilisant la citation, l’interprétation et le détournement comme vecteurs expressifs. Grandement influencé par la création musicale, il réactualise l’esthétique d’artistes de réputation internationale en la combinant avec plusieurs motifs visuels de la culture populaire, pour ainsi produire de nouvelles images, de nouveaux thèmes et matériaux. En privilégiant ces actes de mélange et de partage, l’artiste accueille un éventail plus large de gestes créateurs que celui engendré par une production solitaire en atelier, pour déstabiliser notamment l’idée que l’art se crée en vase clos.
La plus récente série de Sorenson, d’abord intitulée Anthropocène, puis renommée Capitalocène, fusionne la mise en page carrée d’Instagram, les paysages pixélisés de Minecraft et les peintures géométriques de Peter Halley. Tandis que les tableaux de Halley font référence à la prison panoptique, telle que discutée par le philosophe Michel Foucault, les œuvres hybrides de Sorenson évoquent plutôt les infrastructures modulaires des sociétés post-industrielles, des réseaux informatiques aux marchés boursiers, des systèmes de télécommunications aux routes de fret maritime, des sites miniers aux fermes intensives: tous des secteurs de l’économie humaine causant de nos jours d’urgentes répercussions écologiques.
Alors que le terme Anthropocène propose une époque géologique définie par l’activité humaine globale, Capitalocène conteste l’homogénéisation de tous les peuples au sein d’une seule catégorie, et oppose la distribution égale des responsabilités écologiques à cette répartition inégale de l’économie, essentielle au système capitaliste. Ainsi l’artiste questionne un sous-ensemble beaucoup plus restreint de l’humanité — le soi-disant 1% — dont les modes de vie opulents constituent la plus grande cause des changements anthropogéniques. En revanche, par leurs localisations géographiques, ces individus fortunés se trouvent largement abrités des conséquences immédiates du réchauffement planétaire.
Le corpus d’œuvres ici produit par Sorenson fut initialement exécuté en dessins vectoriels sur ordinateur, puis transféré en une panoplie de déclinaisons sur papiers, toiles, et autres supports ainsi qu’en animations vidéo et NFT écoresponsables. Ces compositions rudimentaires, aux formes presque brutalistes mais colorées de façon extrêmement vive, produisent une sorte d’immédiateté perceptuelle chez le spectateur, sans toutefois imposer de narration didactique. Avec l’ajout du point d’interrogation lors de sa dernière itération à la galerie Art Mûr à Montréal, Capitalocène? appelle plutôt à l’engagement social des témoins du changement climatique, les invitant à réfléchir sur leur propre situation devant ces enjeux, et à délibérer sur les solutions possibles.

Oli Sorenson
Cargo modulaire, 2022.
Oli Sorenson
Nuage, 2021.
Oli Sorenson
Extraction pétrolière, 2021.
Oli Sorenson
Glacier, 2022.
Oli Sorenson
Mine à déplacement de sommet, 2021.
Oli Sorenson
Réseau brisé, 2020.
Oli Sorenson
Cité, 2022.
Oli Sorenson
Enfouissement nucléaire, 2021.
Oli Sorenson
Contamination aquifère, 2021.
Oli Sorenson
Porcherie intensive, 2021.
Oli Sorenson
Solaire, 2022.
Oli Sorenson
Cargo frontal, 2022.
Page article@32_2_i générée par litk 0.600 le mercredi 21 septembre 2022.
Conception et mise à jour: DIM.