» Vimeo
» Facebook
» Twitter
Soutenez Circuit!

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Abonnement requis)

Collection > Volume 31 Numéro 3 (2022) >

Partition ou objet d’art?
Les 34 Scores for Piano, Organ, Harpsichord and Celeste de Björk (2017)

Martin Guerpin

Résumé

Cet article porte sur les 34 Scores for Piano, Organ, Harpsichord and Celeste (2017) de Björk et interroge le rôle de ce recueil de partitions dans la carrière de la chanteuse. Trois caractéristiques du recueil sont mises en évidence. Premièrement, son rôle dans la légitimation de Björk en tant qu’artiste, et non seulement en tant qu’icône de la musique populaire. Deuxièmement, son statut ambigu d’objet fonctionnel (une partition à interpréter) et d’objet d’art (un beau livre à contempler). Troisièmement, le statut des arrangements présentés dans ce recueil par Björk et le compositeur islandais Jónas Sen, qui se situent à égale distance de compositions nouvelles et de simples adaptations à une instrumentation nouvelle. Ces trois caractéristiques convergent et mettent en évidence la volonté́ de Björk de réaliser un crossover entre musiques populaires amplifiées et musique classique. Les 34 Scores permettent ainsi de mieux comprendre la place singulière qu’occupe l’artiste islandaise dans l’histoire de la musique des deux premières décennies du XXIe siècle.

Mots clés: Björk, arrangement, crossover, songbook, appropriation, légitimation.

Page article@31_3_05 générée par litk 0.600 le jeudi 2 juin 2022.
Conception et mise à jour: DIM.