» Vimeo
» Facebook
» Twitter
Soutenez Circuit!

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Abonnement requis)

Collection > Volume 31 Numéro 2 (2021) >

Introduction
Le principe de réciprocité (belgitudes québécoises, et vice versa)

Maxime McKinley

Ilya Prigogine, l’un des plus grands scientifiques ayant vécu en Belgique 1, a reçu en 1977 le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur les «structures dissipatives», qui impliquent des échanges d’énergie ou de matière dans les interactions chimiques 2. Prigogine, dont la vie cosmopolite fut elle-même ponctuée de nombreuses migrations entre divers lieux, n’hésitait pas à tirer de ses recherches des conséquences plus larges, y compris du côté des arts et des sciences humaines. La multiplicité des échanges est féconde, elle ouvre de nouvelles possibilités, et il est passionnant de ne pas savoir d’avance lesquelles! Cette perspective est d’autant plus pertinente aujourd’hui que les interactions internationales et interculturelles (inter, en latin, désigne la réciprocité ou l’action mutuelle) ne cessent de se multiplier et de s’élargir, l’échiquier mondial étant en profonde transformation. Les nouvelles technologies de communication, les changements de mentalité quant aux héritages colonialistes et les défis planétaires relatifs à la crise écologique ne sont que quelques-uns des vecteurs de ces reconfigurations majeures. La création musicale contemporaine et ses échanges internationaux n’y sont pas imperméables; dans ce numéro, nous nous pencherons plus particulièrement sur ceux entre le Québec et la Belgique.

Tandis que la Belgique accueille des sièges ou des antennes de nombreuses organisations internationales telles que l’ONU ou le Conseil de l’Europe, le Québec a souvent été qualifié de «village gaulois», en référence à la populaire bande dessinée célébrant la résistance d’Astérix et de ses compagnons face au puissant Empire romain. Cet îlot majoritairement francophone qu’est le Québec représente, en effet, une exception linguistique de 2 % sur l’ensemble du territoire nord-américain 3. Dans ce contexte, on pourrait imaginer qu’une discipline «nichée», comme celle de la musique dite contemporaine, pourrait vite y prendre des allures de bocal particulièrement isolé, peu propice aux «interactions chimiques», aux «structures dissipatives» imprévisibles et fécondes qui enthousiasmaient tant Prigogine. Pourtant, lorsque l’on étudie un tant soit peu la jeune histoire des musiques contemporaines québécoises, on constate que ce ne sont pas les stratégies de repli et de méfiance qui y règnent. Au contraire, cette histoire est faite de rencontres internationales et de curiosité, tout autant que d’un désir d’être et d’affirmation culturelle. La question de la francophonie dans le monde se pose ici tout naturellement, car une langue commune peut faciliter et accélérer de tels échanges. Cela est indéniable, mais il importe de préciser que les rapports internationaux du Québec, a fortiori de nos jours, s’ouvrent au-delà de la francophonie en général et de celle de l’Europe en particulier. Henri Pousseur, faisant allusion aux deux théories de la relativité d’Einstein, parlait de série «restreinte» et «générale 4»: ajoutons un rebond à ce galet métaphorique, en affirmant que nous vivons aujourd’hui un internationalisme de moins en moins restreint et de plus en plus général.

Tout cela étant dit, les liens entre le Québec et la Belgique dans le domaine des musiques de création sont particulièrement riches et intéressants à sonder. Situés sur deux continents différents, mais parlant une même langue, bien que dans les deux cas il ne s’agisse pas de nations unilingues, ils ne partagent pas la même histoire coloniale (malgré des historiques qui leur sont propres à ce sujet). Ce cas devient encore plus intéressant si l’on met de côté la périlleuse question des «identités nationales» et qu’on la remplace par (ou la déplace vers) celle, plus stimulante, des lieux d’incubation et d’émulation. En effet, de fertiles interactions peuvent opérer à l’intérieur même de ces différents lieux, mais aussi — sur un plan géographiquement plus vaste et temporellement plus rare — entre ceux-ci. C’est précisément cette dynamique d’échanges et de corrélations que ce dossier de Circuit explore, ceci en procédant par quelques coups de sonde forcément partiels, mais permettant de prendre la mesure de la richesse créative de cet espace intervallique, de cette zone de partages où se tissent des liens entre le Québec et la Belgique à travers les musiques de création. Notre fenêtre temporelle quant à ces collaborations est d’environ un demi-siècle (de la fin des années 1960 à aujourd’hui) et se focalise sur le répertoire ultérieur à la Seconde Guerre mondiale.

Par ailleurs, il existe un principe qui, idéalement, devrait aller de soi pour toute rencontre internationale: il devrait toujours s’agir d’un véritable dialogue. Appelons cela le «principe de réciprocité». Ainsi, il n’est pas ici question d’un dossier de Circuit sur la Belgique, mais bien d’un dossier avec celle-ci. C’est pourquoi il a été réalisé en collaboration avec Les Carnets du Forum 5, publication belge chapeautée par le Forum des Compositeurs 6 et ayant fait paraître, depuis 2008, trois numéros (tous très intéressants) 7. Il n’est pas superflu de résumer les circonstances ayant suscité cette collaboration. En mai 2019, alors que Circuit venait de sortir son numéro consacré à Pascal Dusapin 8, l’organisme montréalais Le Vivier — Carrefour des musiques nouvelles présentait, avec plusieurs collaborateurs, sa «Série des partenaires internationaux — Belgique». C’est ainsi que lors d’un concert de l’ensemble Hopper au Gesù, le 7 mai 2019, j’ai pu entendre Gibellina 9, une œuvre du président du Forum des Compositeurs, Stéphane Orlando, et discuter un peu avec lui. Par hasard, je planifiais, au même moment, un séjour dans ce pays afin de présenter ce numéro de Circuit dans la foulée de la création du huitième opéra de Dusapin, Macbeth Underworld, au Théâtre de la Monnaie. Au cours de mon passage à Bruxelles et à Mons, l’automne suivant, j’ai revu Orlando à quelques reprises, et j’ai aussi pu rencontrer son collègue Lorenzo Caròla — le directeur de la même organisation — et Michel Fourgon, compositeur qui s’occupait alors des Carnets du Forum. C’est dans ce contexte que nous avons initialement imaginé ensemble le projet d’une double publication: l’une des Carnets, l’autre de Circuit, les deux se penchant de différentes manières sur les dialogues entre la Belgique et le Québec dans les musiques de création. Finalement, pour diverses raisons pratiques, nos collaborateurs ont renoncé à réaliser leur propre publication. En revanche, Lorenzo Caròla m’a proposé d’appuyer Circuit dans la réalisation de la sienne, par un dialogue éditorial soutenu et une contribution financière émanant du Conseil de la Musique de la Communauté française Wallonie-Bruxelles 10, qui a permis quelques contributions supplémentaires. C’est ainsi que prit forme ce numéro de Circuit réalisé en collaboration avec Les Carnets du Forum. Cette brève contextualisation du projet ne serait pas complète sans mentionner l’implication de Valérie Dufour, musicologue belge qui a de nombreux liens avec Montréal et qui a été une interlocutrice dès le départ. En effet, j’avais eu le plaisir, à l’automne 2019, de passer par son Laboratoire de musicologie (LAM-ULB) à l’Université libre de Bruxelles, à la suite de quoi le dialogue s’est poursuivi. Il va sans dire que nous remercions très chaleureusement toutes ces personnes et organisations.

Avant de présenter le sommaire, un aveu s’avère aussi nécessaire que prévisible: il nous est impossible, dans le cadre de ce dossier thématique, d’être exhaustif. Ces articles permettent néanmoins d’éclairer quelques points épars de ce grand espace qui embrasse la création musicale belge, québécoise, et les interactions entre elles. En ce sens, ce numéro est structuré davantage comme une constellation que comme une ligne droite. Cette incomplétude est certes une invitation à ce que d’autres poursuivent l’aventure, mais aussi à (re)découvrir la littérature déjà existante. On trouvera, tout au long des textes qui suivent, diverses références permettant de retracer d’autres informations pertinentes sur ces sujets. Mentionnons, ici, deux publications offrant un certain panorama de la scène contemporaine belge en matière de création musicale: l’ouvrage Les musiques nouvelles en Wallonie et à Bruxelles (1960-2003), paru en 2004 sous la direction de Christophe Pirenne et, plus récemment, le Guide to Contemporary Music in Belgium (2020), un projet du Flanders Arts Institute édité sous la direction d’Amira El-Belasi, Robbe Beheydt et Stef Coninx 11. De plus, cette introduction est l’occasion de rappeler quelques publications antérieures dans la collection de Circuit en lien avec la Belgique. En voici huit, comme autant d’extensions à ce dossier. Elles sont presque toutes encore disponibles en version papier (à l’exception de la première), et elles peuvent toutes être lues sur la plateforme Érudit 12.

1 et 2) La Belgique a certainement de quoi s’enorgueillir de ses musicologues, et l’un des plus réputés d’entre eux, Célestin Deliège, a signé un texte dans le tout premier numéro de Circuit:

  • Deliège, Célestin (1990), «Dans les dédales du “tour de force”», vol. 1, no 1, p. 63-74.

Bien des années plus tard, l’impressionnante somme de Deliège, Cinquante ans de modernité musicale: de Darmstadt à l’Ircam. Contribution historiographique à une musicologie critique, a servi de socle à un numéro entier:

  • Duchesneau, Michel (dir.) (2005), Écrire l’histoire de la musique du XXe siècle, vol. 16, no 1.

3) Une autre figure belge d’envergure, Henri Pousseur, a fait l’objet d’un numéro dans la foulée de sa venue au Québec, en janvier 2001, pour une série d’évènements organisés par Michel Gonneville — qui avait aussi assuré la direction de ce dossier monographique:

  • Gonneville, Michel (dir.) (2001), Henri Pousseur: visages, vol. 12, no 1.

4) L’œuvre Light Music (2004) de Thierry De Mey — pour chef solo, projection et dispositif interactif — a fait l’objet d’un article paru en 2012:

  • Héon-Morissette, Barah (2012), «Rien dans les mains… Light Music de Thierry De Mey», vol. 22, no 1, p. 41-50.

5) Jean-Luc Plouvier, pianiste de l’ensemble Ictus, a témoigné en 2014 de la proximité et de l’intensité de ses collaborations avec Fausto Romitelli:

  • Plouvier, Jean-Luc (2014), «Chute libre: souvenirs et remarques sur mon travail avec Fausto Romitelli», vol. 24, no 3, p. 21-35.

6 et 7) Caroline Traube, chercheuse d’origine belge maintenant professeure à l’Université de Montréal, a signé, en 2014 et 2015 respectivement, des articles portant sur la place de la science en musicologie aujourd’hui, ainsi que sur la notation du timbre instrumental:

  • Traube, Caroline (2014), «Quelle place pour la science au sein de la musicologie aujourd’hui?», vol. 24, no 2, p. 41-49.
  • Traube, Caroline (2015), «La notation du timbre instrumental: noter la cause ou l’effet dans le rapport geste-son», vol. 25, no 1, p. 21-37.

8) Enfin, plus récemment, toutes les illustrations de notre numéro consacré à Barbara Hannigan étaient issues de productions d’opéras de la Monnaie:

  • McKinley, Maxime (dir.) (2020), Barbara Hannigan: les voix multiples, vol. 30, no 3.

Le présent dossier thématique ajoute quelques pierres à cet édifice en perpétuelle construction. Ainsi, le numéro s’ouvre sur une large fresque qui permettra de donner un peu de paysage (zoom arrière) aux sujets plus spécifiques (zoom avant) qui suivront. D’entrée de jeu, Bruno De Cat établit une foisonnante liste de collaborations de la Belgique et du Québec en musiques de création, de 1969 à 2021 (sous le dénominateur commun du répertoire «post-1950»). De Cat, Belge ayant vécu quelques années à Montréal, était particulièrement bien placé pour réaliser ce travail.

Le dossier se poursuit avec deux articles de pianistes belges. Le texte de Stephane Ginsburgh porte sur ses collaborations avec les compositeurs Alec Hall (Canadien), André Ristic (Québécois d’origine polono-monténégrine établi en Belgique) et Frederic Rzewski (Américain établi en Belgique) axées sur le genre du «speaking pianist», dont Rzewski est un pionnier. Ce répertoire — et les trois œuvres discutées ici — avait d’ailleurs fait l’objet d’un mémorable récital de Ginsburgh, présenté par Innovations en concert au Conservatoire de Montréal, le 20 octobre 2016. L’article de Laurence Mekhitarian, quant à lui, dresse un portrait vivant et personnel du musicologue — qui, pour sa part, préférait s’identifier comme «fou de musique» — Harry Halbreich, tout en témoignant de ses liens avec lui. Il s’agit du premier article dans Circuit consacré à Halbreich, importante figure belge qui était, notamment, proche de Claude Vivier.

Ensuite, trois articles présentent autant de «binômes» Belgique/Québec. D’abord, Chantale Laplante évoque la «connexion acousmatique» entre Bruxelles et Montréal par le tandem Annette Vande Gorne et Francis Dhomont, connexion particulièrement active lorsque ce dernier enseignait à l’Université de Montréal, soit de 1980 à 1996. Puis, nous découvrons un échange entre deux compositeurs se trouvant de part et d’autre de l’Atlantique: Jean-Luc Fafchamps et Michel Gonneville. Leurs démarches et opéras respectifs, quelques similitudes et différences entre le Québec et la Belgique, ainsi que divers sujets d’actualité y sont discutés. Enfin, le troisième binôme fait l’objet du Cahier d’analyse signé par Marie-Pierre Brasset, qui se penche sur l’œuvre Les îles (2011) d’Isabelle Panneton en mettant en relief l’importance de Philippe Boesmans dans le parcours de la compositrice. Il s’agit donc d’un duo pédagogique reliant les deux lieux (comme il y en avait eu un formé de Michel Gonneville et Henri Pousseur précédemment, suivi plus tard de Taylor Brook et Luc Brewaeys, puis d’Alithéa Ripoll et Ana Sokolović présentement, par exemple).

Le numéro se termine avec les deux textes de la rubrique Actualités. D’abord, Stijn Boeve relate le 50e anniversaire du Centre Henri Pousseur 13, situé à Liège et dont il est le directeur depuis 2015. Enfin, Matthieu Stepec signe la chronique Nouveautés en bref en abordant trois disques récents: le premier présentant du répertoire pour cornemuse interprété par Erwan Keravec; le second, de l’Orchestre symphonique de Montréal, incluant une œuvre du Québécois (établi en Allemagne) Samy Moussa; le troisième, enfin, consacré au compositeur belge Pierre Slinckx.

Pour illustrer ce numéro, nous avons choisi des œuvres d’Angel Vergara, artiste d’origine espagnole qui vit et travaille en Belgique. Outre la vigueur de ses œuvres qui nous séduisent et qui se prêtent bien au format de la revue, Vergara partage le même «lieu d’incubation» que plusieurs des personnes dont il est question dans ce numéro. De plus, il a «toujours aimé collaborer avec des musiciens, comme il [lui] est arrivé de le faire avec Ictus ou l’hermesensemble, entre autres 14».

En terminant, nous espérons que ce dossier saura, à sa manière, rappeler et rendre compte de la richesse des dialogues culturels et internationaux. Ce numéro est lui-même un exemple de ce dont il traite, et il n’est pas anodin de spécifier que l’essentiel de sa réalisation s’est fait en pleine pandémie, en période d’isolement forcé. Son contenu n’aborde que quelques exemples d’interactions entre deux lieux, au sein d’une discipline artistique, et en ne couvrant que cinq décennies. Pourtant, cela semble inépuisable! C’est dire combien l’ouverture est stimulante et le futur imprévisible de telles interactions multilatérales, enthousiasmant…

Bonne lecture!

Montréal, avril 2021

Page article@31_2_01 générée par litk 0.600 le mercredi 27 avril 2022.
Conception et mise à jour: DIM.