» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Abonnement requis)

Collection > Volume 29 Numéro 2 (2019) >

L’art des (petites) différences

Pascale Criton, en entretien avec Sharon Kanach

Résumé

Dans cet entretien, la compositrice française Pascale Criton retrace les grandes lignes qui sous-tendent son écriture et sa pensée musicales. Passionnée par le continuum sonore, ses rencontres avec Ivan Wyschnegradsky, Gérard Grisey — mais aussi avec le philosophe Gilles Deleuze — dans le courant des années 1970, confirment son intérêt pour les micro-intervalles et la variabilité du son. La compositrice livre les enjeux qui mobilisent son attention au fil des œuvres qui jalonnent son parcours, des années 1980 à aujourd’hui. L’idée d’interaction écosensible émerge avec l’emploi de scordaturas en 1/4, 1/12e et 1/16e de ton associées à la synthèse du son (Thymes, 1988), ou en référence à des comportements acoustiques (Artefact, 2001) qui renouvellent l’écriture du geste (Objectiles, 2002). Pascale Criton interroge aussi bien les techniques instrumentales que la notation et l’interprétation (Circle Process, 2012). Son utilisation des petites différences vise l’élargissement de la perception et s’étend aujourd’hui à une écoute sensible aux phénomènes acoustiques et perceptifs (Wander Steps, 2018).

Mots clés: Pascale Criton, Ivan Wyschnegradsky, continuum sonore, micro-intervalles, microtonalité, écoute, psychoacoustique.

Page article@29_2_04 générée par litk 0.600 le lundi 16 septembre 2019.
Conception et mise à jour: DIM.