» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Abonnement requis)

Collection > Volume 28 Numéro 3 (2018) >

L’écoute musicale comme construction du commun

Makis Solomos

Résumé

Dans la tradition musicale idéaliste, l’écoute s’apparente à la plongée dans l’univers singulier de l’œuvre musicale, conçue comme monade où chaque élément de la réalité a sa représentation: écouter signifie s’immerger dans une intériorité qui forme un monde en soi. La conséquence de cette forme d’écoute est une relative surdité à son environnement immédiat. Certaines formes actuelles d’addiction aurale, bénéficiant notamment du productivisme consumériste, renforcent jusqu’à la caricature cette surdité. C’est sans doute pourquoi de nombreux artistes d’aujourd’hui, et notamment ceux gravitant autour de l’écologie acoustique ou sonore, renversent la perspective et pensent l’écoute comme manière de se mettre en relation avec le monde. Cela passe souvent par une relative disparition de l’œuvre (au profit de processus) et par un recentrement sur l’acte même d’écouter. Ce renversement n’est pas seulement un choix esthétique, il est aussi politique: il met en avant l’idée que l’écoute peut être construction du commun.

Mots clés: écoute musicale, commun (s), milieu sonore, autonomie, écologie sonore

Page article@28_3_06 générée par litk 0.600 le lundi 10 décembre 2018.
Conception et mise à jour: DIM.