» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Abonnement requis)

Collection > Volume 28 Numéro 3 (2018) >

Noli me tangere
Violence politique, éthique protestante et composition musicale dans une section de La Petite Fille aux allumettes de Helmut Lachenmann

Laurent Feneyrou

Résumé

À partir des sections 15a et 15b de La Petite Fille aux allumettes de Helmut Lachenmann, qui mettent en musique un extrait d’une lettre de Gudrun Ensslin, amie de jeunesse du compositeur et militante dans les mouvements étudiants ouest-allemands des années 1960, puis dans les actions de la Fraction Armée Rouge, de 1970 à sa mort en prison, en 1977, cet article interroge les relations entre écriture musicale, éthique protestante et engagement politique. Décrivant la musique des deux sections et ses principes, où prime l’exigence de l’action plutôt que l’intention, il s’interroge sur un contexte biographique et sur les conditions culturelles, historiques et politiques qui rendent possible son intégration dans une œuvre d’art à la fin du xxe siècle.

Mots clés: Helmut Lachenmann, La Petite Fille aux allumettes, Gudrun Ensslin, Fraction Armée Rouge, protestantisme.

Page article@28_3_03 générée par litk 0.600 le lundi 10 décembre 2018.
Conception et mise à jour: DIM.