» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Abonnement requis)

Collection > Volume 27 Numéro 2 (2017) >

La vie qui bat
Steve Reich’s Drumming and Dance Choreography

Aiyun Huang

Résumé

La musique de Steve Reich a été largement commentée. Dans cet article, je me concentrerai sur les mises en chorégraphie des performances en direct de Drumming (1971). Drumming constitue peut-être la première œuvre la plus importante de Reich et l’aboutissement de ses diverses explorations musicales et techniques de composition. J’ai choisi trois chorégraphes: Laura Dean, créatrice de la première mise en chorégraphie de la musique de Drumming (1972); Anne Teresa De Keersmaeker, une chorégraphe dont les travaux tels que Drumming (1998) partagent avec Reich son principe sous-jacent des «structures comme processus»; et Ginette Laurin, dont La vie qui bat (1999) était une production conjointe entre la compagnie de danse montréalaise O Vertigo et la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ). Ce numéro célébrant le 50e anniversaire de la SMCQ, cet article se concentrera sur la réalisation et l’interprétation de La vie qui bat. En préparant cet article, l’auteure s’est entretenue avec Russell Hartenberger (Steve Reich and Musicians), Ginette Laurin et Walter Boudreau (directeur artistique de la SMCQ).

Mots clés: Drumming, La vie qui bat, Steve Reich, Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ), O Vertigo.

Page article@27_2_03 générée par litk 0.600 le lundi 20 novembre 2017.
Conception et mise à jour: DIM.