» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 22 Numéro 1 (2012) > Nouveautés en bref >

Pierre Alexandre Tremblay
Quelques reflets

Georges Forget

(fig. 1) 1 Empreintes DIGITALes // IMED 11109 // 2011

Que s’est-il passé dans le monde de la musique électroacoustique récente pour que l’on porte à ce point aux nues et qu’on s’extasie devant ces «fameux» sons, ceux participant de ce que l’on pourrait désormais appeler le classicisme de l’inconfort? Telle pourrait être la première question de l’auditeur des premières minutes du morceau Reflets de notre société crépusculaire, tiré du nouveau disque de Pierre Alexandre Tremblay, tant ce dernier semble a priori fonder son discours sur une esthétique de la discontinuité, de la rupture et de l’attente…

Se méfier parfois des premières impressions… Rapidement, le propos se fait plus clair, plus directif, à la fois par l’émergence d’une écriture plus soutenue ainsi que par une rupture stylistique franche, aux accents pop britanniques assumés. Car on trouve dans le disque Quelques reflets des pièces résolument accessibles, frôlant parfois l’ambient music, comme Ces enseignes lumineuses, qui apporte une véritable proposition d’alliance entre acousmatique et musiques à saveur post-rock. Ou encore, la très «baylienne» For Ever Now Soon an End, qui, dans cette volonté de réconcilier électroacoustique savante et musique plus intuitive, plus sensuelle, poursuit le disque dans ce qui s’avère être littéralement une randonnée musicale. Au rythme des pas d’un marcheur décidé, l’auditeur traverse principalement trois paysages, deux landes horizontales et étendues, avec, en leur centre, un parcours plus accidenté, mais non moins lumineux et chatoyant, et qui, même s’il laisse parfois entrevoir la facture technique en arrière, se révèle être un petit bijou d’orfèvrerie électroacoustique.

Bel exemple de ce que peut apporter l’intégration et la fusion de styles pour ce nouvel opus de Pierre Alexandre Tremblay qui, s’il ne parvient pas toujours à convaincre par son unité, permet de découvrir de véritables trouvailles stylistiques innovantes et laisse imaginer à quoi pourrait ressembler une acousmatique «pop».

Page article@22_1_05.1 générée par litk 0.600 le mardi 9 avril 2019.
Conception et mise à jour: DIM.