Circuit - Musiques contemporaines
» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 22 Numéro 1 (2012) > Cahier d’analyse >

Michel Longtin
Éclaircies à l’aube du XXIe siècle

François-Hugues Leclair

Résumé

Michel Longtin fait figure de pionnier dans le passage à la postmodernité en intégrant à sa palette de compositeur des langages musicaux d’origines variées (musiques modales, folkloriques, « de film »). Le geste fondamental de rupture qu’il fait face au milieu avant-gardiste des années 1980 semble posséder de nombreuses analogies avec la démarche d’un Gustav Mahler au début du xxe siècle, introduisant dans la « grande » musique symphonique des éléments empruntés à la musique « vulgaire ». Cette hypothèse sera étayée par l’analyse de trois oeuvres symphoniques majeures du compositeur québécois : La route des pèlerins reclus (1984), Quaternions (1997), … et j’ai repris la route (2006). L’analyse dans la perspective tripartite de Jean Molino (niveaux poïétique, neutre et esthésique) propose ainsi des regards croisés entre l’oeuvre symphonique de Longtin et celle de Mahler, à la lumière de l’ouvrage remarquable de Theodor Adorno sur le compositeur viennois.

Mots clés : Longtin, Mahler, postmodernité musicale, modalité

Page article@22_1_03.1 générée par litk 0.600 le lundi 24 août 2020.
Conception et mise à jour: DIM.