» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 20 Numéro 3 (2010) >

De la résurgence du merveilleux
L’exemple de L’Eau qui danse, la Pomme qui chante et l’Oiseau qui dit la vérité, un opéra de Gilles Tremblay et Pierre Morency

Cécile Auzolle

Résumé

Après avoir situé l’opéra-féerie de Gilles Tremblay et Pierre Morency créé à Montréal en novembre 2009 dans le contexte historique de l’opéra merveilleux, il est mené une étude du livret dans son rapport au conte originel de Madame d’Aulnoy (1696) et à ses modèles, puis des spécificités musicales et scéniques de L’Eau qui danse, la Pomme qui chante et l’Oiseau qui dit la vérité. Il s’agit enfin de comprendre comment et pourquoi le merveilleux est utilisé par les artistes pour ouvrir la voie à un renouveau de l’art lyrique utilisant pleinement les acquis musicaux, théâtraux et spirituels de leur temps.

Mots clés: Madame d’Aulnoy, Robert Bellefeuille, Chants Libres, Olivier Messiaen, Pierre Morency, Giovan Francesco Straparola, Gilles Tremblay, féerie, filiation, merveilleux, quête initiatique, opéra canadien, opéra francophone, XXIe siècle.

Page article@20_3_02 générée par litk 0.600 le mardi 23 juillet 2019.
Conception et mise à jour: DIM.