» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 18 Numéro 3 (2008) >

Introduction à Kopernikus
Pistes de réflexion autour du sacré

Louise Bail

Résumé

L’auteure se propose d’examiner l’un des aspects les plus significatifs de l’univers de Claude Vivier, le sacré, en s’appuyant sur des éléments biographiques, ses écrits, son œuvre en général, et plus spécifiquement l’opéra «rituel de mort» Kopernikus. Sont envisagés dans cet article deux aspects du sacré: le numineux et le merveilleux. Vie et œuvre de Vivier, directement conditionnées l’une par l’autre dans l’imaginaire du compositeur, oscillent entre le numineux (moteur de la vie) et le merveilleux (moteur de l’œuvre), entre deux représentations mentales, le sacrifice (du latin sacrare, «consacrer à une divinité») et l’extase (du latin extasis, «être hors de soi; égarement de l’esprit»: «ravissement»). Agni, le double du compositeur, personnage central et le seul nommément désigné dans l’opéra, évoque le numineux associé au concept de sacrifice. Alice, l’ombre d’Agni, symbole de l’imagination constamment sollicitée, représente le merveilleux associé au concept d’extase. Entre le numineux et le merveilleux, le sacrifice et l’extase, l’existence et l’œuvre, s’installe un vide qu’il reviendra à la musique de combler.

Page article@18_3_2 générée par litk 0.600 le lundi 20 novembre 2017.
Conception et mise à jour: DIM.