» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 17 Numéro 1 (2007) >

De l’idée à l’œuvre
Figures, fonctions, formes, langage dans la Notation I pour orchestre de Pierre Boulez

Antoine Bonnet

Résumé

La transfiguration de quelques mesures de piano en un morceau pour grand orchestre fournit une bonne occasion de comprendre comment une petite idée musicale peut engendrer tout un univers sonore. Cet article montre comment Boulez crée la Notation I pour orchestre (1978) en composant l’aura de la Notation I pour piano (1945). La composition est réalisée à partir d’opérations déductives sur les caractéristiques structurelles des figures de piano, opérations qui permettent de définir des fonctions, puis de varier des formes et finalement de construire un langage. Le déploiement musical se présente alors comme intégralement sous-tendu par la tripartition anacrouse-accent-désinence, tripartition héritée de Messiaen mais que Boulez systématise en en faisant le principe d’articulation de tous les niveaux de la composition.

Cet article n’est pas disponible en ligne.

Pour acheter la revue incluant cet article, utilisez l’encadré de commande qui se trouve au haut de cette page.

Page article@17_1_4 générée par litk 0.600 le mardi 23 juillet 2019.
Conception et mise à jour: DIM.