» Vimeo
» Facebook
» Twitter
Soutenez Circuit!

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 16 Numéro 1 (2006) > À propos de Cinquante ans de modernité musicale: de Darmstadt à l’Ircam de Célestin Deliège >

Quelques problèmes de la musicologie critique selon Célestin Deliège

Jean-Jacques Nattiez

Résumé

Après avoir souligné le caractère et la valeur exceptionnelles de l’ouvrage de Deliège, l’auteur présente ses propres exigences en matière d’histoire de la musique, il résume ce qui lui semble être les quatre points fondamentaux sous-tendant l’«intrigue» à la base du livre, et il en entreprend une discussion critique. Il s’agit tour à tour du rôle fondamental donné par Deliège au concept, de la position prêtée à Webern comme «père» de la musique de l’après-guerre, de l’importance des grammaires comme principe d’évaluation, et de la place qu’il accorde (ou n’accorde pas) à la perception dans l’évolution de la musique du XXe siècle. Jean-Jacques Nattiez propose, sur ce dernier point, une «contre-intrigue» qui présente une lecture différente du rôle accordé par Pierre Boulez à la prévision perceptive dans le processus compositionnel. Le tout s’achève par un éloge de la culture belge.

Cet article n’est pas disponible en ligne.

Pour acheter la revue incluant cet article, utilisez l’encadré de commande qui se trouve au haut de cette page.

Page article@16_1_3.5 générée par litk 0.600 le mercredi 27 avril 2022.
Conception et mise à jour: DIM.