» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 15 Numéro 3 (2005) > Analyse(s) >

L’analyse musicale comme processus d’appropriation historique
Webern à Darmstadt

Gianmario Borio [trad. Anne Giannini]

Résumé

La réception de la musique d’Anton Webern dans les cercles avant-gardistes de Darmstadt constitue l’une des questions centrales permettant de comprendre les relations entre les pensées compositionnelles de la première et de la deuxième moitié du XXe siècle.

L’auteur s’appuie sur un «kaléidoscope» d’analyses différentes (voire contradictoires entre elles) d’une même œuvre, l’opus 27 de Webern, pour montrer de quelle façon les musiciens des années 1950 ont utilisé Webern à la fois comme modèle, source d’autorité, miroir, voire prétexte de leurs propres techniques de composition et convictions esthétiques. La façon dont Stadlen, Leibowitz, Schnebel, Pousseur analysent Webern en dit long sur l’enjeu que recouvrait alors l’appropriation savante des partitions du Viennois. En complément, des analyses de Nono, Ligeti, Pousseur et Stockhausen (sur un corpus wébernien plus large) sont sollicitées.

Au terme de ces comparaisons, l’analyse musicale s’avère l’instrument fondamental de transmission du savoir d’une génération à l’autre, et l’un des moyens pour déterminer l’horizon de nouvelles techniques compositionnelles.

Cet article n’est pas disponible en ligne.

Pour acheter la revue incluant cet article, utilisez l’encadré de commande qui se trouve au haut de cette page.

Page article@15_3_4.1 générée par litk 0.600 le mardi 23 juillet 2019.
Conception et mise à jour: DIM.