» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 15 Numéro 3 (2005) > Souvenirs >

Composer dans l’ombre de Darmstadt (1987)

Helmut Lachenmann [trad. Yves Saint-Amant]

Résumé

Dans cet article rédigé en 1987 et publié en 1996 dans le recueil de texte intitulé Musik als existentielle Erfahrung, le compositeur Helmut Lachenmann porte un regard critique et autocritique sur l’expérience des cours d’été de Darmstadt, depuis le début des années 1950 jusqu’au début des années 1980.

Décennie par décennie, il dégage les divers courants et tendances qui ont marqué l’histoire de Darmstadt en explicitant les paradoxes parfois insolubles engendrés par l’attitude avant-gardiste dont les cours d’été avaient fourni le modèle autour de 1950. À chaque fois, il se réfère à des expériences vécues, faisant intervenir Luigi Nono (son professeur autour de 1960), Dieter Schnebel, John Cage ou Karlheinz Stockhausen.

Partisan d’un «structuralisme dialectique», l’auteur spécifie enfin sa position — en référence au festival de Donaueschingen de 1980 et à un texte de 1982, «Affect et aspect» — par rapport à celles de Wolfgang Rihm et de Walter Zimmermann, ainsi que d’autres compositeurs ayant (ou non) tenté de théoriser leur relation à la tradition et à la subjectivité.

Cet article n’est pas disponible en ligne.

Pour acheter la revue incluant cet article, utilisez l’encadré de commande qui se trouve au haut de cette page.

Page article@15_3_3.1 générée par litk 0.600 le lundi 10 décembre 2018.
Conception et mise à jour: DIM.