» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 13 Numéro 2 (2003) >

Langage, musique et cognition
Quelques remarques sur l’évolution nécessaire des problématiques psychologiques des vingt dernières années

Michel Imberty

Résumé

L’application par Lerdahl et Jackendoff du modèle linguistique génératif de Chomsky à la musique tonale bute sur le postulat de l’innéité des compétences et pose le problème crucial de sa propre généralisation à toute musique. Le cognitivisme neurophysiologique propose des éléments de solution à travers le modèle de la modularité notamment, mais la dichotomie fodorienne entre périphérie et niveau central ne tient pas à l’observation des faits complexes.

De manière générale, il convient de substituer à une ontologie des objets celle des événements.

L’auteur montre comment, dans ses propres travaux, il est parti d’une réactivation de la notion piagétienne de «grammaire d’enfants» pour proposer une «grammaire musicale évolutive» ; ce modèle engendre des structures dynamiques, globales, orientées temporellement, qui sont antérieures aux notions d’intervalles de hauteur et de durée — déplaçant ainsi les apories du cognitivisme précédemment décrites et fournissant un substrat à toute approche de la musique intégrant prioritairement sa qualité temporelle.

Cet article n’est pas disponible en ligne.

Pour acheter la revue incluant cet article, utilisez l’encadré de commande qui se trouve au haut de cette page.

Page article@13_2_6 générée par litk 0.600 le mardi 23 juillet 2019.
Conception et mise à jour: DIM.