Les Presses de l’Université de Montréal
» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Abonnement requis)

Collection > Volume 27 Numéro 1 (2017) > Cahier d’analyse >

Le mythe urnosséen, ou la fabulation anthropologique selon André Hamel

Paul Bazin

Résumé

Au cours du XXe siècle, une série de fouilles archéologiques mena à la découverte d’artefacts provenant vraisemblablement des urnosséens, une peuplade de bergers ayant vécu au IIIe millénaire avant le Christ. Au cours des années 1970, le décryptage des anciens textes harappéens vint confirmer cette hypothèse en nous renseignant sur cette culture, et permit de postuler que les inscriptions ornant les artefacts seraient de nature musicale. Archéologues et anthropologues ont longuement spéculé au sujet du rôle que la musique aurait pu jouer pour ces tribus matriarcales de l’antiquité, et sont parvenus à la conclusion qu’elle avait sans doute été centrale à un rituel remettant périodiquement en scène leur mythe de la création. En 2004 et en 2011, partant de cette hypothèse, le compositeur André Hamel, la compagnie La Nef et les vulgarisateurs scientifiques Bernard Arcand et Michel Rochon ont proposé une reconstitution de ce rituel au public montréalais. Seul accroc dans la trame de ce récit fascinant: l’écriture harappéenne n’a, à ce jour, jamais été déchiffrée…

Mots clés: analyse musicale, André Hamel, médiation culturelle, réception, spectacle multidisciplinaire.

Page article@27_1_07.1 générée par litk 0.600 le mardi 16 mai 2017.
Conception et mise à jour: DIM.