Les Presses de l’Université de Montréal
» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Abonnement requis)

Collection > Volume 26 Numéro 1 (2016) >

À propos des illustrations

Illustrations de Nicholas Voeikoff-Erens

Au début des années 1970, Nicholas Voeikoff-Erens choisit de se rendre là où la peinture moderne est née, l’Europe, où les écoles d’art, post-1968, se sont radicalement métamorphosées. Il y étudie l’histoire, les matrices culturelles qui ont façonné le XXe siècle, la philosophie, la littérature, l’art. Il n’a pas peint à ses débuts, ayant plutôt concentré son énergie à apprendre à regarder et à voir différemment, ainsi qu’à remettre en question les habitudes et les conventions. Ainsi, il recherche des façons d’expérimenter la couleur, la texture et l’image sans pour autant imposer comme sujet ses propres intentions. Pour lui, le regard que l’on pose sur une peinture dépend entièrement du regard de celui ou celle qui observe. Libre à chacun de choisir ce qu’il y voit, ce qu’il veut y voir et comment poser son regard.

Voeikoff-Erens utilise comme médium les journaux urbains. Au lieu du cadre traditionnel du canevas, ces journaux — qui ont toujours occupé une place importante dans l’iconographie moderne, du cubisme à On Kawara — sont utilisés pour créer la structure de ses peintures. Plus exactement, ils y deviennent le sujet et la matière sur lesquels Voeikoff-Erens peint ses œuvres. Le papier journal étant un médium extrêmement difficile à travailler, il lui aura fallu plusieurs années d’expérimentation pour arriver à éliminer les surfaces de soutien et obtenir des résultats satisfaisants. L’œuvre prend son sens à travers ce qui arrive au papier et ce qu’il en reste une fois qu’elle est terminée. Un œuvre qui n’est pas un journal, mais qui l’incarne.

Note sur les illustrations de ce numéro

CIRCUITRea-fied

Le processus de création des illustrations de ce numéro implique du ruban adhésif et du gel acrylique utilisés pour envelopper et réifier un numéro de Circuit qui sera par la suite joué, manipulé et accompagné d’un sourire. Les photos présentent le processus de «Rea-fication».

Nicholas Voeikoff-Erens (traduction Solenn Hellégouarch)

Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Nicholas Voeikoff-Erens
CIRCUIT — Rea-fied (extrait), 2015-2016.
Page article@26_1_i générée par litk 0.600 le mercredi 23 août 2017.
Conception et mise à jour: DIM.