» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Abonnement requis)

Collection > Volume 25 Numéro 2 (2015) >

L’Écomimétisme ou les reflets des manifestations sonores de l’environnement

Charles-Antoine Fréchette

Résumé

Le compositeur Charles-Antoine Fréchette présente les enjeux reliés à sa méthode de composition dite écomimétique. Avec cette méthode, il est question d’analyser des prélèvements sonores de l’environnement au sonagramme pour en tirer des contenus fréquentiels, dynamiques et rythmiques. Ces données récoltées et classées à travers des axes typologiques multiples, différenciés et superposés, concourent à l’élaboration de processus formels qui permettent de relier progressivement les composantes des matériaux entre eux. Ainsi, toutes les structures et les procédés structurels découlent de la manipulation des informations provenant des sources environnementales. Cette approche rigoureuse distingue l’écomimétisme des naturalismes traditionnels anecdotiques. Les résultats des analyses permettent aussi d’explorer les instruments afin de découvrir des techniques instrumentales mimétiques pour révéler métaphoriquement des sons de l’environnement. L’idée de la métamorphose se retrouve donc dans le transfert des sources sonores aux instruments, et dans la transformation progressive des matériaux, continuellement déduits les uns des autres. Formellement, il s’agit d’envisager des situations musicales immersives comme des territoires plus ou moins concrets, virtuels ou abstraits.

Mots clés: écomimétisme, environnement, spectralisme, musique concrète instrumentale, axes typologiques.

Page article@25_2_03 générée par litk 0.600 le lundi 13 novembre 2017.
Conception et mise à jour: DIM.