» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 23 Numéro 3 (2013) >

Le quatuor à cordes
Une géométrie sociale

Clemens Merkel (traduit de l’allemand par Hélène Huetz de Lemps)

Résumé

Dans cet article, le violoniste Clemens Merkel, membre du Quatuor Bozzini, parle des caractéristiques propres de cette formation musicale à nulle autre pareille, qui existe depuis 250 ans: le quatuor à cordes. Il en décrit le caractère immuable (toujours les quatre mêmes instruments, et jamais un de plus) et démocratique, en l’opposant notamment à d’autres formations issues du passé, comme l’orchestre symphonique, à la structure hiérarchique lourde et socialement dépassée. Après un survol de la symbolique du chiffre quatre, Merkel entreprend un bref historique, avec un détour obligé par le père de la tradition, Beethoven, et les grands innovateurs du XXe siècle. À la faveur d’une discussion sur l’éclatement des normes, avec les Kagel et autres Crumb, il conclut sur la bonne santé de la formation et ses chances de survie pour les 250 prochaines années.

Mots clés: formation musicale, genre musical, histoire, sociologie, quatuor à cordes.

Page article@23_3_03 générée par litk 0.600 le lundi 13 novembre 2017.
Conception et mise à jour: DIM.