Les Presses de l’Université de Montréal
» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 23 Numéro 1 (2013) > Cahier d’analyse >

Analyse spectromorphologique
De La plénitude du vide de Jean-François Laporte

Cléo Palacio-Quintin

Résumé

Jean-François Laporte est un compositeur inventif pour qui le son est une matière à découvrir et à explorer. Il s’intéresse particulièrement à l’évolution timbrale des sons dans le temps et dans l’espace. Ses démarches de recherche et d’expérimentation sur la matière sonore l’ont mené vers l’invention de nouveaux instruments. La plénitude du vide (2005), commande du quatuor de saxophones Quasar, est composée pour saxophones, orgue à sirènes, trompes-sax, saxophones volants, totem-tu-yos, sub-totems et totems-pompiers. L’œuvre d’environ 60 minutes présente des textures sonores qui évoluent très lentement et permettent ainsi à l’auditeur de se retrouver dans un état d’écoute contemplative. Une méthode analytique liée à la musique électroacoustique s’est imposée, soit celle de la spectromorphologie, élaborée par Denis Smalley, qui permet de bien définir les mouvements de texture et l’occupation de l’espace spectral. L’analyse de l’œuvre est réalisée à l’aide de la partition graphique manuscrite du compositeur, de l’enregistrement de la création et d’un sonagramme.

Mots clés: analyse, instruments inventés, Jean- François Laporte, Quasar, Denis Smalley, spectromorphologie.

Page article@23_1_06.1 générée par litk 0.600 le jeudi 29 juin 2017.
Conception et mise à jour: DIM.