Les Presses de l’Université de Montréal
» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 18 Numéro 3 (2008) > Cahier d’analyse >

Claude Vivier, Siddhartha, Karlheinz Stockhausen
La nouvelle simplicité et le râga

Jean Lesage

Résumé

Siddhartha, pour grand orchestre en huit groupes, est l’une des partitions les plus audacieuses et complexes de Claude Vivier. L’œuvre d’une trentaine de minutes se déploie à partir d’une mélodie unique qui se transforme continuellement par un processus d’expansion ou de contraction de ses intervalles constituants. L’œuvre illustre de façon exemplaire l’influence des techniques de composition de Karlheinz Stockhausen sur la pensée de Vivier tout autant que la fascination de ce dernier pour certains procédés caractéristiques des musiques orientales tel le râga indien.

Inspirée du célèbre roman de Hermann Hesse, l’œuvre de Vivier transpose librement dans le domaine du sonore la trame narrative de cette allégorie initiatique au parfum exotique.

Page article@18_3_7.1 générée par litk 0.600 le mercredi 23 août 2017.
Conception et mise à jour: DIM.