» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 17 Numéro 3 (2007) > Dossier thématique >

Composer des étendues, projeter des images
Deux pratiques de l’art sonore

Bastien Gallet

Résumé

Partant d’une description du dispositif hautement «situé» I am sitting in a room (1970) d’Alvin Lucier — une œuvre qui compose ce qui est dit avec l’espace dans lequel le propos est énoncé —, l’auteur distingue scrupuleusement entre l’installation sonore et l’in situ à proprement parler, ainsi qu’entre l’installation et la projection du son. En choisissant des exemples dans des œuvres d’artistes aussi variés que Max Neuhaus, Robin Minard, WrK et Bill Viola, entre bien d’autres, l’auteur analyse l’utilisation que chacun fait des sons et des espaces de projections de ceux-ci. En sort un vif portrait des réalisations anciennes et récentes dans la pratique de l’art sonore dans l’espace.

Cet article n’est pas disponible en ligne.

Pour acheter la revue incluant cet article, utilisez l’encadré de commande qui se trouve au haut de cette page.

Page article@17_3_1.3 générée par litk 0.600 le lundi 13 novembre 2017.
Conception et mise à jour: DIM.