Les Presses de l’Université de Montréal
» Vimeo
» Facebook
» Twitter

Achetez ce numéro en ligne [Comment?]


Téléchargez ce numéro via Érudit (Gratuit!)

Collection > Volume 14 Numéro 2 (2004) >

À propos des illustrations

Le terme re-photographie — utilisé depuis les années 1970 — désigne la reprise fidèle d’une photographie: même site, même cadrage, même position, même angle et même éclairage. Tout repose sur la précision. Le photographe doit se trouver au bon endroit au bon moment de l’année afin de réaliser un cliché identique à l’original. Le regard est, par conséquent, de toute première importance. Le re-photographe examine attentivement la photo ancienne afin de déterminer les conditions qui ont présidé à sa réalisation ainsi que le point d’observation du photographe, puis il se rend sur place et constate s’il est possible ou non de parfaitement recréer le cliché d’origine.

Un test Polaroid effectué sur le terrain et une copie de travail de la photo originale sont ensuite marqués de repères et de tracés. Lorsqu’on mesure et compare ces traits, les rapports anciens/nouveaux permettent de calculer le point d’observation idéal et l’emplacement de l’appareil-photo. Un centimètre fait parfois toute la différence. Le temps qu’il fait est déterminant. La prochaine génération de re-photographes remplacera sans doute le Polaroid par un cliché numérique et un ordinateur portable, mais tous les autres défis d’une recréation fidèle demeureront les mêmes.

Les couples de photographies qui illustrent ce numéro font partie de l’exposition de 34 duos photographiques extraits de la collection Notman du Musée McCord, Montréal. Les images originales de Notman & Sons sont placées en regard des versions contemporaines d’Andrzej Maciejewski. Les photographies des studios Notman datent de 1863 à 1918 et ont été réalisées par différents photographes du studio de Montréal, tandis que les re-photographies ont toutes été captées par Maciejewski entre 1999 et janvier 2001.

Andrzej Maciejewsi

L’exposition D’après Notman a été conçue et réalisée par Andrzej Maciejewski, photographe et artiste. Né en Pologne en 1959, Maciejewski reçoit sa formation à l’École de photographie de Varsovie et à l’École des arts photographiques d’Ostrava, en Tchécoslovaquie. Il émigre au Canada en 1985 et, dès 1986, il met sur pied son entreprise, les Klotzek Studios.

Les œuvres photographiques d’Andrzej Maciejewski ont été exposées au Canada et en Pologne. Il a bénéficié du soutien du Conseil des Arts du Canada et, depuis peu, grâce à l’appui du Conseil des Arts de l’Ontario, il initie les écoliers à l’art de la photographie.

Marilyn Aitken

La photographe du Musée McCord, Marilyn Aitken, a réalisé les tirages des photographies Notman pour l’exposition D’après Notman en travaillant principalement à partir de négatifs sur verre et en faisant appel à ses vastes connaissances de l’équipement photographique et des styles d’impression de l’époque. Ses tirages modernes reproduisent fidèlement le détail et les tonalités des originaux et s’apparient parfaitement aux re-photographies de Maciejewski.

Marilyn Aitken a reçu sa formation de base en photographie et en techniques de laboratoire dans le cadre des programmes d’Éducation permanente de l’Université Concordia. Depuis qu’elle s’est jointe à l’équipe du Musée McCord en 1988, elle fait tout autant appel, dans son travail, aux techniques d’impression des négatifs sur verre du xixe siècle qu’aux techniques numériques du XXIe siècle.

L’héritage Notman

La Collection Notman du Musée McCord d’histoire canadienne représente un corpus de quelque quatre cents mille images, soit les photographies réalisées par Notman et son équipe pendant près de quatre-vingts ans de vie professionnelle montréalaise.

Né à Paisley, en Écosse, en 1826, William Notman travailla dans l’entreprise de textiles paternelle et s’intéressa à la photographie en amateur jusqu’à ce qu’il émigre au Canada en 1856 et ouvre un premier studio à Montréal, rue Bleury. Deux ans plus tard à peine, on lui demanda d’illustrer les différentes étapes de la construction du pont Victoria, une imposante structure inaugurée en 1860 par Édouard, prince de Galles, et très tôt qualifiée de huitième merveille du monde. Le travail de William Notman se révéla aussi impressionnant et d’aussi grande envergure que son sujet. Il affermit la réputation du jeune photographe qui ne cessa par la suite de briller par son talent et grâce à son sens de l’innovation technique, son souci de la perfection et son amour du progrès.

À la mort de William Notman en 1891, ses trois fils — William McFarlane Notman, George R. W. Notman et Charles Frederick Notman — déjà actifs dans l’entreprise de leur père, poursuivirent les activités du studio de Montréal et assurèrent la conservation de ses archives jusqu’en 1955. Depuis lors, la phénoménale collection de négatifs et de clichés Notman est prise en charge par le Musée McCord.

Photos gracieuseté Musée McCord.
Photos gracieuseté Musée McCord.
Photos gracieuseté Musée McCord.
Photos gracieuseté Musée McCord.
Photos gracieuseté Musée McCord.
Photos gracieuseté Musée McCord.
Photos gracieuseté Musée McCord.
Photos gracieuseté Musée McCord.
Photos gracieuseté Musée McCord.
Page article@14_2_i générée par litk 0.600 le mercredi 23 août 2017.
Conception et mise à jour: DIM.